Thomas Jefferson and I (Solutions article)

Tony Fischer, Portrait by Rembrandt Peale, Courtesy of the New York Historical Society
Thomas Jefferson is an icon of American democracy, and yet he was one of the largest slaveholders in Virginia during his time.

In the eyes of many, Thomas Jefferson embodies the contradictions of the young American republic. The principal writer of the Declaration of Independence was a man deeply committed to the democratic and equalitarian ideals of the Enlightenment and who professed to hate slavery. Yet, he was at the same time one of the largest slaveholders of Virginia and emancipated very few of his own slaves. Considering most Africans to be inferior intellectually and physically to Europeans and fearing racial mixing, he was also what we would today call a “racist.” However, Jefferson probably fathered several children with his slave, Sally Hemings. Most people, and indeed most historians, find these apparent contradictions extremely puzzling.1 I don’t.

I don’t because, like Donella Meadows some 16 years ago,2 I very much identify with the paradoxes and dilemmas Jefferson must have felt during his lifetime regarding slavery. Like him, I am a large slave-holder. Like him, I consider the idea of owning slaves to be abhorrent but feel as though I cannot really do without them. Like him, I fear that without these slaves my world, indeed our entire civilization, would collapse. I sympathize with his feeling that slavery was like “holding a wolf by the ears”—we cannot hold it, but we cannot let it go either.3 Like him, I feel these slaves have a corrupting influence on me and on society in general. Like him I believe that it’s a great evil to own these slaves, but since society around me finds this largely acceptable, I carry on. Like him, I love books and the life of the intellect and feel that if I had to do all the chores that are necessary to sustain my everyday life, I would be left with no time to read and write these books. Like him, I like the comfort slaves bring me. Like him, I consider myself a decent person: I have never broken up any slave families nor whipped anyone. This is because my slaves, unlike his, are (mostly) not human beings. They are “energy slaves”—a term coined by Buckminster Fuller in the 1940s to designate modern machines that perform the same services slaves and servants used to provide for their owners.

Oh, yes, you must think, “How dare you!” But these kinds of “slaves” are perfectly acceptable: they don’t suffer, they don’t cry, they don’t want to run away.

The problem does not stem from the machines themselves but from the fossil fuels and the nuclear power plants that are necessary for them to run. Energy comes at an increasingly great economic, social, and moral cost. The first issue concerns the procurement of oil or gas—an activity that is often very messy environmentally and politically. The necessity for the Western World to guarantee the constant flow of oil at gas stations is a direct or indirect source of corruption and a cause of conflict throughout the world (think of Iraq and the Gulf wars). It poses risks to the national security of the US and other industrialized nations because it places these countries in a situation of dependency on oil suppliers. Even “home grown” oil and gas are not bereft of problems: domestic production scars the landscape, disturbs ecosystems, and exposes the environment to the dangers of large-scale pollution. The long-term environmental effects of hydraulic fracturing or “fracking” are not at all well understood. If history teaches us anything, it’s that technologies once hailed as today’s solutions often turn out to be tomorrow’s problems. Yet, due to the pressure to extricate the United States from a cycle of energy dependence that involves countries the American government would prefer not to depend upon, most people and politicians prefer to look the other way—even when the risk of causing earthquakes and polluting aquifers are not negligible.

There are also problems of pollution caused by cars and other fossil fuel-powered devices. In the past century, the number of lives claimed by atmospheric pollution exceeded the combined casualties of World War I and II.4 The direct consequences of the use of fossil fuels have been known for some time, but the advantages seemed, until recently, to outweigh the disadvantages to the extent that few voices raised moral concerns over the use of cars.

rsz_his_mouhot_figure2.jpg

Daniel Foster. American dependence on fossil fuels has fueled international conflict and resulted in practices harmful to the environment both abroad and domestically, such as the controversial method of fracking.

As powerfully demonstrated at Chernobyl and Fukushima, nuclear power (fission) is not without major problems either. Despite attracting far more opposition worldwide, it remains to be seen whether this option is truly more dangerous than coal-burning plants. Without even taking into account deaths attributed to climate change, known coal production casualties, which include mine fatalities and those who have succumbed to atmospheric pollution-induced fatal illness, far exceed the number of lives taken by nuclear energy mishaps.

As for renewables, they look great on paper but are not perfect either. Wind turbines and solar installations are difficult to scale up quickly (it takes a lot of them to produce the same power as a coal or nuclear plant), kill birds, and generate opposition from those who do not like their “aesthetic pollution.” And because the sun does not always shine nor the winds constantly blow, they are most of the time coupled with old-fashioned gas or coal stations—as seen in places like Germany where the government has recently begun to phase out nuclear power and adopt a hybrid system consisting of both renewables and fossil fuels.

A second problem linked with our use of fossil fuel is that cheap fuel has enabled us to push modern forms of “real” slavery far from view. Working conditions that we do not find acceptable in our countries have been outsourced. In China, India, and Africa, workers labor from sunset to sundown harvesting cotton and cocoa beans and producing computer tablets for consumers in the rich world. Oftentimes, this work is performed in appalling conditions for very low wages. There are currently an estimated 27 million slaves in the world, possibly more than at any other time in history.5 A US website sponsored by the State Department allows users to estimate the total number of people—including children—working in slave-like conditions to manufacture our food, clothing, and electronics.6 Utilizing this tool, I calculated my own slave footprint to be 44. If transportation were not so cheap due to the relatively low cost of fossil fuels, it would be more difficult to delocalize slavery, and we would find it less acceptable if we had to confront it face to face. We would be less inclined to act like nonslave owners who bought goods made by slaves or absentee plantation owners who benefited from the income from their plantation without ever becoming directly involved in the dirty business of disciplining their slaves.

There are also other moral problems associated with the use of slaves, real or virtual. As Jefferson found, slavery degrades both the slaves and their owners. For Adam Smith, slavery was mostly driven not by economic motivation (he wrongly believed slavery to be unprofitable), but by the desire to dominate others. The same desire to assert superiority can certainly be found in the aspiration of people to acquire large gas-guzzling SUVs that confer little advantage on the well-paved roads of our cities (except perhaps increasing the sex appeal of their drivers).

The last, but not the least, problem concerns climate change. This is a new complication. Before NASA’s Jim Hansen caused a stir in Congress and beyond in June 1988 by claiming that the atmosphere was warming because of human activities and that we ought to do something about it, there was little public awareness about this “glitch” on the path to progress. Today, one just needs to read the summary of the latest report from the Intergovernmental Panel on Climate Change to see that the consequences are not benign.

Of course, there are still many people who doubt the reality of climate change or the human responsibility in the matter. Lobbies in the fossil fuel industry organized systematic disinformation campaigns when they realized climate change could cause harm to their interests by altering the moral landscape.7 These lobbies and their think-tanks have had huge success in sowing confusion in people’s minds because we, the public, have a strong vested interest in ignoring the consensus view on climate science. In a way, this is not dissimilar to the way slave owners in the past had an interest in believing that their “peculiar institution” was benign (some people in fact suggested it was for the slaves’ own good). This is why it is much harder to convince leaders to act on fossil fuels than it was with CFCs.8 As Upton Sinclair wrote, “It is difficult to get a man to understand something when his salary [or his lifestyle] depends upon his not understanding it!”9

The moral implications of climate change are not benign either. In the same way as those who benefited from the labor of slaves were different from those toiling in the cotton fields, those benefiting from the “work” (in the sense physicists use the word) performed by fossil-fuel powered machines are not the same as those bearing the costs. These costs were “externalized” by slave-owners to their slaves and third parties and are also “exported” by us both to the poor (who are primarily affected by droughts or floods today—natural phenomena often strengthened by climate change) and future generations.10 As a journalist justly remarked, “just as the victims of slavery were distant unknowns to most Englishmen and women, so the victims of climate change mostly live in strange, far-off lands (including the future) and thus have no vote.”11

Most historians agree that we should only judge people living in the past according to the standards that prevailed in their time. Indeed, postwar psychology studies that looked at how ordinary, intelligent, mentally healthy people become perpetrators of evil has established convincingly that people with no evil intent can easily cause harm to others within a social context that allows it. We should keep this in mind not only when we think about slavery, but also when we consider the present state of affairs. If, one day, our present cavalier attitude towards fossil fuel is severely and widely condemned by society—as I believe it will be, sooner or later—what will our children think of our current attitude? They will find it hard to accept our justifications, even though they presently seem absolutely compelling to us (the fact that ordinary citizens do something that will in time be seen as morally wrong—like slavery—is not an attempt to rehabilitate slavery or excuse Thomas Jefferson’s indiscretion).12

His_Mouhot_Figure3.jpg

Mark Woodbury. Freeing Americans from their “energy slaves” would require a significant shift in lifestyle.

Of course, the problem is that our machines powered by fossil fuels are not without huge advantages. With the new powers given to us by these machines in the 20th century “we banished some historical constraints on health and population, food production, energy use, and consumption generally. Few who know anything about life with these constraints regret their passing.”4 As the history of Haiti powerfully demonstrates, countries that have limited access to fossil fuels or renewable energy can rapidly be transformed into near desert landscapes when population densities increase. Machines have become de factoreplacements for slaves in our contemporary world, and this substitution was initially seen as a great social and moral progress. Oscar Wilde wrote in 1891 that “all unintellectual labour, all monotonous, dull labour, all labour that deals with dreadful things, and involves unpleasant conditions, must be done by machinery. (…) The fact is that civilization requires slaves. The Greeks were quite right there. Unless there are slaves to do the ugly, horrible, uninteresting work, culture and contemplation become almost impossible. Human slavery is wrong, insecure, and demoralizing. On mechanical slavery, on the slavery of the machine, the future of the world depends.”13 But since Wilde wrote these lines, we now know the consequences of the burning of fossil fuels and we cannot view the slavery of the machine in the same light.

In his play, Doctor Faustus, Christopher Marlowe tells a powerful cautionary tale. In the story, Faust strikes a bargain with the devil: in exchange for his soul, he is granted unlimited power for a limited time. He uses this power to perform wonders, travel by “flying chariot,” and enjoy eating grapes in the middle of the winter (the story was written well before humans were able to fly and shop in supermarkets). After 24 years, the devil’s agent comes back and drags Faust to hell. He begs for mercy—but it’s too late. “If you did not know any better,” writes George Monbiot, “you could mistake this story for a metaphor of climate change.” Monbiot further writes:

Faust is humankind, restless, curious, unsated. Mephistopheles, who appears in the original English text as a “fiery man,” is fossil fuel. Faust’s miraculous abilities are the activities fossil fuel permits. Twenty-four years is the period—about half the true span—in which they have enabled us [or at least some of us] to live in all voluptuousness. And the flames of hell—well, I think you’ve probably worked that out for yourself. Of course, Doctor Faustus is not an allegory of climate change. But the intention of the poet does not affect the power of the metaphor. Our use of fossil fuels is a Faustian pact.14

Our abundant energy gives us an extraordinary power, and this is why it is so hard to do away with all the luxuries provided by our modern machines—even when we are convinced that using them is morally wrong. I feel this great contradiction every day: on the one hand, I very much wish to see fewer, more fuel efficient cars on the streets. But on the other hand, I very much enjoy taking a car for a weekend excursion. In principle, I am definitely in favor of lowering my carbon footprint. In reality, I continue to fly to far away destinations.

Thomas Jefferson faced the same conundrums. Like many people today, he spent most of his life living on credit: he couldn’t free most of his slaves because they were mortgaged as collateral for his large debts, and laws in Virginia made it illegal for people to free their slaves if they were in debt.15 And he knew that even if he released his own human chattel from bondage, the heinous institution would probably still endure. That is to say that his gesture would likely have been symbolic— it might have made him feel virtuous, but it would very likely have had a limited effect on the larger picture. He knew George Washington had freed his slaves in his will, with no noticeable effect. Like Jefferson, I know that if I forgo my “energy slaves” (i.e. reduce my carbon footprint), the effect on the atmosphere, climate, and pollution will be negligible: it might make me feel less guilty, but it would otherwise have no discernible consequence—a textbook example of what economists call a public goods problem. (The scenario is worse in the case of fossil fuel use: even if I were able to stop using petroleum today, I would not see the benefits of my action; whereas Jefferson, had he freed his slaves, would at least have been able to see the immediate effect).

This absolutely does not mean that I—we—should not try to reduce our footprint on this earth; there are many other benefits from living more slowly, more locally, and less wastefully. Individual actions do matter. Political movements start with the actions of individuals: if Jefferson had freed his slaves, it could have sent a strong sign to others (not to mention what it might have meant to the slaves themselves). If I buy a smaller car, or fly less, or waste less, I model to my neighbors steps that they too could take. All social and political movements have to start somewhere and that somewhere is either with the actions of ordinary citizens or with prominent leaders, like Thomas Jefferson.

Yet, freeing slaves, real or virtual, is costly and painful. Like slave owners of the past, I am entangled in my contradictions. I think I understand only too well the dilemma Jefferson faced over slavery.

The arguments in this article are developed in a longer article and a book.16,17

References

  1. Wiencek, H. Master of the Mountain: Thomas Jefferson and His Slaves (Farrar, Straus and Giroux, New York, 2012).
  2. Meadows, D. The Donella Meadows archive. Donellameadows.org [online] (1998)www.donellameadows.org/archives/thomas-jefferson-and-donella-meadows-sla….
  3. Jefferson, T. Letter to John Holmes, 22 April 1820. Loc.gov [online] (1820) www.loc.gov/exhibits/jefferson/159.html.
  4. McNeill, J.R. Something New Under the Sun: an Environmental History of the Twentieth-Century World (W.W. Norton, New York, 2000).
  5. Bales, K. Disposable People: New Slavery in the Global Economy (University of California Press, Oakland CA, 2004).
  6. Slavery Footprint [online]. www.slaveryfootprint.org.
  7. Oreskes, N & Conway, E. Merchants of Doubts (Bloomsbury Press, London & New York, 2010).
  8. McNeill, JR. in Climatic Cataclysm: the Foreign Policy and National Security Implications of Climate Change (ed. Campbell, K.) 26–48 (Brookings Institution Press, Washington, 2008).
  9. Sinclair, U. I, Candidate for Governor: And How I Got Licked (University of California Press, Oakland CA, 1935).
  10. Wright, RE. Fubarnomics: A Lighthearted, Serious Look at America’s Economic Ills (Prometheus Books, Amherst NY, 2010).
  11. Hertsgaard, M. A worldwide Wilberforce. What climate activists could learn from the anti-slavery movement. The Nation (7 October 2010).
  12. Lander, ES & Ellis, JJ. Founding father. Nature 396, 6706:13–14 (1998).
  13. Wilde, O. The soul of man under socialism. Pall Mall Gazette (1891).
  14. Monbiot, G. Heat: How We Can Stop the Planet Burning (Allen Lane, London, 2006).
  15. Sloan, HE. Principle and Interest: Thomas Jefferson and the Problem of Debt (University of Virginia Press, Charlottesville VA, 2001).
  16. Mouhot, JF. Past connections and present similarities in slave ownership and fossil fuel usage. Climatic Change105, 1:329–55 (2011).
  17. Mouhot, JF. Des Esclaves Energétiques. Réflexions sur le Changement Climatique (Seyssel, Champ Vallon, 2011).

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Le Climat fait-il l’Histoire? (numéro spécial Sciences Humaines)

Le magazine Sciences Humaines vient de publier (avril 2014) un dossier spécial sur Histoire et Climat que j’ai coordonné avec Laurent Testot.Image

Le climat peut-il faire l’histoire ? À l’heure du réchauffement global, la question devient angoissante. Les fluctuations du climat ont contribué dans le passé à l’effondrement des civilisations maya ou khmère, estiment une majorité d’historiens. C’est une chose. Mais pronostiquer comment nos sociétés complexes et technologiquement avancées réagiront à des stress climatiques dont on peine à mesurer l’ampleur future en est une autre. Si ces études sont restées timides en France, en dépit de l’œuvre pionnière d’Emmanuel Le Roy Ladurie, c’est qu’une histoire de ce type semble par trop déterministe.


Certains historiens anglo-saxons et allemands partageant moins cette réserve, leurs travaux ont énormément à nous apprendre. Sam White campe la synthèse des dernières années de recherche en la matière. Il montre que par le passé, les sociétés agraires étaient vulnérables aux fluctuations climatiques d’ampleur. Geoffrey Parker va jusqu’à parler de « crise globale » au XVIIe siècle, lorsque le Petit Âge glaciaire ravage l’hémisphère nord ; et John R. McNeill estime qu’étudier la façon dont les gens ont pu réagir à des situations extrêmes (du pillage à l’altruisme) permettra d’anticiper les impacts sociaux des risques climatiques à venir.


On peut dire de l’histoire du climat qu’elle couvre justement trois champs : une climatologie historique « pure », vouée à reconstituer les climats du passé ; une climatologie historique de crise, étudiant les impacts des variations climatiques sur les sociétés ; et un dernier champ, étudiant le présent réchauffement planétaire, la part de responsabilité de l’humanité ou le processus qui permit d’en prendre conscience. Car si l’homme a longtemps cru qu’il pouvait altérer le climat, c’est à partir de la révolution industrielle, moment où il a effectivement commencé à le modifier, qu’il a un temps pensé en être incapable… Pourtant, aujourd’hui, nous savons. Mais, souligne Jean-Paul Maréchal, nous n’agissons pas. Les négociations climatiques internationales, otages du débat d’intérêt des États-Unis et de la Chine, piétinent. Et nos émissions de gaz à effet de serre grimpent toujours, conférant à l’histoire du climat, bien involontairement, une actualité… brûlante.

SOMMAIRE DU DOSSIER

L’émission de France Culture “La Grande Table” a chroniqué le dossier hier (à partir de 31’37).

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Du Nouveau Sous le Soleil: Une histoire environnementale du Monde au XXe siècle

Puisqu’on parle malheureusement beaucoup de pollution en ce moment, je re-publie cette recension du Livre de John McNeill Du Nouveau sous le soleil: Une histoire de l’environnement mondial au XXe siècle, que j’avais écrite il y a quelques années pour la Revue Internationale des Livres et des Idées.  Le livre, que je recommande toujours aussi chaudement, est depuis paru en traduction française chez Champ Vallon et republié il y a peu en point poche.

Image

En 1930, Robert Millikan, prix Nobel américain de physique, assurait encore qu’il n’y avait aucun risque que l’humanité détériore quelque chose d’aussi gigantesque que la Terre. Soixante-dix ans plus tard, J. R. McNeill soutient dans Something New Under the Sun que le XXe siècle apparaîtra exceptionnel aux générations futures non en raison des guerres mondiales, du nazisme ou du communisme, mais du fait des changements considérables que l’homme a fait subir à la planète. Jean-François Mouhot propose ici une présentation de ce classique de l’histoire de l’environnement.

On se souvient des remarques ironiques et des sourires narquois que soulevait invariablement, dans le film d’Alain Resnais, On connaît la chanson, l’énoncé du sujet de la thèse d’histoire de l’une des héroïnes : « Les Chevaliers Paysans de l’An Mil au Lac de Paladru ». Something New Under the Sun est tout à fait aux antipodes de cette tendance, réelle, de l’histoire à l’hyperspécialisation – qui fait parfois peser sur elle le soupçon de gratuité, d’inutilité.

Écologistes versus historiens

On y trouvera d’abord un vaste et ambitieux panorama de l’évolution de la planète et de ses habitants au cours du XXe siècle, une histoire à l’échelle du monde sur une longue période. Surtout, l’auteur cherche à éclairer et à approfondir les débats qui agitent la sphère publique, ou du moins la frange de la population intéressée par les questions écologiques. Mais qu’est-ce que l’histoire peut bien apporter à l’écologie politique, demandera-t-on peut-être ? Beaucoup d’écologistes sont, curieusement, peu intéressés par l’histoire. Et les historiens – à quelques exceptions près – leur rendent bien la monnaie de leur pièce, en ignorant souvent superbement l’environnement2. Les écologistes militants font pourtant très souvent référence au passé, à un passé où les gens, contrairement à aujourd’hui, n’avaient pas perdu le sens commun, où l’on ne mangeait pas n’importe quoi, où l’on ne cultivait pas la terre à coup d’engrais chimiques et autres insecticides polluants et cancérigènes, où l’on ne construisait pas de maisons en zones inondables, etc. Bref, un passé considérablement idéalisé et objet d’une affection particulière : ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les premiers mouvements de « protection » ou de « conservation » de la nature sont nés à l’époque romantique, sous l’impulsion d’écrivains comme Wordsworth en Grande-Bretagne.

Pour de nombreux écologistes, l’évolution de nos sociétés correspond à une longue et incessante expansion de la société humaine, capitaliste, fondamentalement avide et destructrice, au détriment de la « nature », qui serait de plus en plus mal en point. Pour beaucoup, une catastrophe plus ou moins inévitable se prépare, et l’étude de l’histoire est un divertissement, quand il faut concentrer tous nos efforts sur l’avenir. Par contraste avec cette vision pessimiste de l’histoire, une grande partie de la population, en France et ailleurs dans le monde, refuse d’admettre qu’il puisse y avoir un danger à continuer de vivre comme nous le faisons actuellement et croit fermement que la science résoudra les problèmes à venir.

L’intérêt du livre de McNeill est qu’il permet de dépasser ces deux visions caricaturales, et amorce ainsi un dialogue nécessaire entre différents groupes souvent antagonistes. Ce dialogue est essentiel si l’on est – comme je le suis – convaincu à la fois de la gravité des problèmes environnementaux auxquels nous devrons faire face au cours des prochaines décennies, et du fait que l’union de tous les efforts est plus productive que la distribution de jugements et de blâmes (car il est des choses justes dans les deux camps).

Something New Under the Sun est organisé en deux parties principales. La première, intitulée « la musique des « sphères » », décrit les transformations apportées par l’homme au cours du XXe siècle aux quatre éléments qui rendent la vie possible : le feu (soit une histoire des énergies et de leurs utilisations) ; la terre (une chronique des transformations de la lithosphère et la pédosphère, du sol et des couches externes de la croûte terrestre) ; l’eau (l’hydrosphère) et l’air (l’atmosphère). McNeill ajoute à ces quatre éléments l’étude d’une dernière « sphère », la biosphère, soit l’ensemble des milieux dans lesquels la vie existe, à l’intersection des quatre « sphères » étudiées précédemment. La deuxième partie, intitulée « moteurs de changement », examine tour à tour les questions de population et de migrations, puis les problèmes économiques et politiques liés aux questions d’environnement. Si ces titres peuvent paraître excessivement théoriques et abstraits, le livre lui-même est toujours concret, éclairé de nombreux exemples et plein d’humour.

L’ouvrage a pour ambition, tout d’abord, de faire prendre conscience au lecteur des changements que l’homme a fait subir à son environnement au cours du XXe siècle. L’auteur soutient en effet que le XXe siècle apparaîtra exceptionnel aux générations futures non comme le siècle des guerres mondiales, du nazisme ou du communisme, mais plutôt en raison des changements considérables que l’homme a fait subir à la planète. Ces changements représentent un colossal re-façonnement, d’une intensité sans précédent. Au cours du siècle passé, nous avons eu une « empreinte écologique » sur la planète plus profonde que celle de l’ensemble des générations passées. Par exemple, selon les estimations de l’auteur, nous avons utilisé au cours du siècle dix fois plus d’énergie que tousnos ancêtres réunis dans les mille ans qui ont précédé 1900.

Bien sûr, ces changements, liés à l’accroissement de la population et des activités industrielles, trouvent leurs racines aux XVIIIe et XIXe siècles. Mais l’originalité de McNeill est de nous faire prendre conscience du changement d’échelle dans les transformations survenues au XXe siècle. Et l’on en vient alors à se demander si changer l’échelle d’un phénomène n’est pas en changer la nature même. Au cours du XXe siècle, « la population a quadruplé, l’économie mondiale a été multipliée par 14, l’utilisation énergétique par 16 et la production industrielle par un facteur de 40 ». McNeill arrive ainsi à quatre conclusions importantes, qu’il énonce comme suit : « Premièrement, le XXe siècle est exceptionnel pour l’intensité de ses changements et le rôle central qu’y a joué l’humanité. Deuxièmement, cette particularité écologique est la conséquence inattendue de préférences et de modèles d’ordre social, économique et intellectuel. Troisièmement, nos modes de pensée, nos comportements, la production et la consommation sont adaptés aux circonstances présentes – c’est-à-dire aux conditions climatiques (et bio/géochimiques globales) actuelles, à l’abondance typique du XXe siècle, où l’énergie était à bas prix et l’eau douce bon marché, où la population a connu une croissance rapide et l’économie plus encore. Quatrièmement, il serait difficile de changer ces préférences et ces modèles si les circonstances venaient à changer. Dans la mesure où ce dernier point se rapporte au futur et où cet ouvrage traite de l’histoire, je n’en explorerai pas les ramifications en profondeur. En développant ces thèmes, j’ai aussi à dessein de convaincre le lecteur que l’histoire moderne de l’écologie de la planète et l’histoire socioéconomique de l’humanité n’ont leur sens véritable qu’une fois prises ensemble3. »

Le rat et le requin

À la manière de La Fontaine, McNeill remarque que les espèces animales adoptent pour se perpétuer deux stratégies différentes, symbolisées par deux animaux : le rat et le requin. Le rat est le roi de l’adaptation : il est flexible, sait changer d’environnement, de régime alimentaire. Ceci lui a assuré, au cours des siècles, un succès considérable et, comme l’homme, une présence aux quatre coins de la planète. Le requin adopte une stratégie contraire : il s’adapte peu mais est parfaitement en adéquation avec un milieu spécifique qui lui garantit un succès remarquable tant que l’océan abonde en nourriture adaptée à son alimentation. Nos civilisations occidentales modernes, dont les modes de fonctionnement et les économies reposent sur les énergies fossiles, ont adopté massivement la stratégie du requin en devenant hyperspécialisées.
Cette hyperspécialisation n’est ni stupide ni nécessairement mauvaise en soi : tant que cela fonctionne, les hommes vivent, au moins théoriquement, mieux que lorsqu’ils ne se spécialisent pas. Pour prendre un exemple bien connu des économistes, l’Angleterre s’est modernisée en grande partie sur le principe de l’avantage comparatif, démontré par l’économiste David Ricardo au début du XIXe siècle. En se spécialisant dans la production et le commerce de produits, par exemple textiles, qu’elle pouvait fabriquer pour un coût relativement bas par rapport aux prix du marché mondial, l’Angleterre parvenait, grâce aux revenus de ces produits, à acheter des céréales, par exemple, qu’elle-même produisait à des prix comparativement bien plus élevés que d’autres pays. Grâce à ce principe, la Grande-Bretagne pouvait obtenir plus de grain que si elle avait tenté de maintenir une agriculture non compétitive sur le marché mondial. Dans ce système, le partenaire commercial était également gagnant, au moins en théorie. Ce procédé a notamment permis à l’Angleterre de réduire considérablement la malnutrition endémique de ses populations pauvres au cours du XIXe siècle. Le principe de l’avantage comparatif explique ainsi pourquoi des pays se spécialisent souvent dans des productions particulières. Celles-ci leur permettent d’avoir des revenus supérieurs à une agriculture de subsistance, mais elles sont plus fragiles en cas de crise. Ces spécialisations ont souvent également de graves conséquences environnementales. Il est important de rappeler ce point car nombre de ceux qui sont choqués par le transport de marchandises d’un bout à l’autre du monde ignorent l’origine de ce phénomène et ses aspects bénéfiques – du moins initialement. La question de savoir si les aspects négatifs sont aujourd’hui plus importants que les aspects positifs dépend de la perspective adoptée, à court ou à long terme. L’un des problèmes posés par ce système, comme l’Angleterre en a fait l’expérience au cours des deux guerres mondiales, est qu’il crée des dépendances dangereuses en cas de blocus. Il exige également des coûts de transports peu élevés, ce qui suppose une énergie bon marché. Or, de nombreux experts prédisent que l’énergie va progressivement devenir de plus en plus chère, au fur et à mesure que le pétrole et le gaz naturel atteindront leurs pics de production. Par ailleurs, l’empreinte écologique et le bilan carbone du transport international des marchandises, qui n’étaient pas comptabilisés dans le système de Ricardo, ne pourront plus être ignorés encore très longtemps. Il est donc maintenant urgent de repenser ce système à l’aune de ces nouvelles données.

Pour McNeill, les États-Unis sont l’exemple même d’un « requin écologique», hyper adapté à un milieu bien spécifique (même si la société américaine est aussi, par certains aspects, incroyablement flexible). Ce requin écologique a besoin pour survivre d’un certain nombre de paramètres, en l’absence desquels il court de grands risques. Le pétrole bon marché est l’un des éléments essentiels à la société américaine, de sorte que la guerre du Golfe de 1991 apparaît comme l’une des conséquences de cette dépendance (le livre a été publié avant l’invasion de l’Irak en 2003). Si cette stratégie du requin adoptée par les États-Unis et la quasi-totalité des pays modernes, a permis une amélioration générale du mode de vie, elle est porteuse de grands risques pour l’avenir, non pas pour l’espèce humaine à proprement parler, mais pour les sociétés dans lesquelles nous vivons.

Le livre débute par un examen synthétique de trois aspects évoqués dans l’avant-propos, qui servent à démontrer la spécificité du XXe siècle : la croissance spectaculaire de la population, du produit national brut mondial 5 et de l’utilisation de l’énergie. Trois domaines dont le décollage ne date certes pas du siècle dernier, mais dont l’auteur démontre l’accélération extraordinaire et l’interconnexion.

McNeill passe ensuite à l’étude des différentes « sphères » mentionnées plus haut. À propos de la lithosphère, il évoque un phénomène trop peu étudié par les historiens, celui de l’invention des premiers engrais artificiels, notamment azotés6. La découverte, en 1909, du processus de synthèse de l’ammonium par le chimiste allemand Fritz Haber permit une véritable révolution agricole en Allemagne, pays qui dépendait alors de l’importation de guano sud-américain pour enrichir ses terres arables et nourrir une population en rapide expansion. Les gains de productivité par hectare permis par ces nouveaux engrais furent proprement extraordinaires. Mais ces engrais ont l’inconvénient d’être très énergétivores, ce qui, combiné au fait que le procédé utilise du gaz naturel comme matière première, rend ces procédés étroitement dépendants des énergies fossiles et de leur coût. Or, les quelque 6,8 milliards d’êtres humains sur terre aujourd’hui dépendent presque tous (sauf ceux qui consomment exclusivement des produits biologiques) directement de ce procédé pour leur nourriture quotidienne. Ce rappel n’est pas inutile pour comprendre un peu mieux pourquoi les problèmes entraînés par l’utilisation de ces engrais et des nombreux pesticides synthétiques inventés au cours du siècle (pollution des sols et de l’eau, appauvrissement en micronutriments) n’ont guère freiné les hommes dans l’usage qu’ils en faisaient, eux qui remerciaient Fritz Haber d’avoir fabriqué « du pain avec de l’air ».

Mais les modifications apportées par l’homme au sol ne s’arrêtent pas là : McNeill montre que les hommes n’ont jamais autant déplacé de terre, de cailloux, de rochers et de minerais de toutes sortes qu’au cours du XXe siècle. L’humanité est maintenant une véritable force géologique, déplaçant collectivement considérablement plus de matière que les tremblements de terre, l’érosion et les volcans réunis. L’une des raisons de cette agitation est liée à la recherche et à l’extraction de minerais, ce qui a aussi des conséquences sociales importantes. McNeill évoque un exemple qui intéressera particulièrement le lecteur français : celui de l’exploitation du nickel en Nouvelle-Calédonie et du tort fait aux Kanaks. L’ouvrage attire également l’attention du lecteur sur l’une de ces tragédies qui font rarement l’objet de l’attention des médias (car il s’agit le plus souvent d’un non-événement, au sens où il se produit lentement) : l’érosion des sols. Dans ce domaine, les migrations européennes ont très souvent joué un rôle néfaste, en propageant des méthodes de cultures issues de pays dans lesquels l’érosion était rarement un problème, en raison de surfaces le plus souvent planes et de précipitations peu abondantes (car diluées dans le temps et l’espace).

Les deux chapitres sur l’atmosphère consistent principalement en une histoire de la pollution au cours du siècle. Dans ce domaine également les choses étaient loin d’être parfaites avant l’industrialisation. En effet, l’air était considérablement plus pollué avant cette période à l’intérieur des habitations (mal ventilées, insalubres et enfumées), ce qui engendrait des problèmes sanitaires considérables.

Si les forges de l’Empire romain avaient déjà envoyé des polluants jusque dans les glaces du Groenland, leur concentration était restée limitée, et c’est la révolution industrielle et la combustion massive d’énergies fossiles qui marque véritablement le début de la pollution de l’air à l’échelle mondiale. McNeill décrit avec un certain humour (noir) les effets du « smog » (mot composé de smoke, fumée et fog, brouillard) ; avant la seconde guerre mondiale, à Londres, le smog était parfois tellement épais qu’il arrivait à des piétons incapables de reconnaître leur chemin de basculer par-dessus les parapets des ponts. Dans les années 1950, à Londres toujours, un épisode persistant de smog tua entre 4 000 et 12 000 personnes, victimes de complications respiratoires. Mais ce phénomène n’était évidemment pas limité à la capitale britannique. La pollution atmosphérique tue aujourd’hui encore 400 000 à 800 000 personnes par an. D’une manière générale, en extrapolant à partir de diverses estimations de l’OMS ou de la Banque mondiale, McNeill estime le nombre de victimes de la pollution atmosphérique au cours du siècle à une fourchette comprise entre 25 et 40 millions, soit approximativement le même nombre de morts que le total des victimes des deux guerres mondiales. Là encore, les problèmes ont d’abord empiré avant de s’atténuer au cours du siècle, du moins pour le monde occidental. Ainsi, dès les années 1950, mais surtout à partir des années 1970, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, diverses législations (les « Clean Air Acts ») ont permis aux villes de se débarrasser de ce fléau (en Asie, en revanche, et en particulier en Chine, comme à Beijing, en raison de l’industrialisation galopante, la situation est maintenant bien pire8). On pourrait se demander pourquoi les réformes ont mis autant de temps à se mettre en place. Là encore, il faut faire un effort de contextualisation. Tout d’abord, avant le recours massif au pétrole et au gaz naturel, énergies beaucoup plus « propres » que la houille, mais initialement beaucoup plus coûteuses, il existait peu d’alternatives au charbon pour le chauffage des habitations dans les agglomérations. La transition de l’une à l’autre des énergies correspond précisément au vote des Clean Air Acts. Par ailleurs, au cours du XIXe siècle, et encore bien après la seconde guerre mondiale, l’industrie était synonyme de richesse. Ses effets environnementaux étaient jugés bien négligeables par la majorité de l’opinion publique en comparaison des avantages qu’elle procurait. Était-ce là le simple effet de la propagande des bourgeois, propriétaires des usines ? Pas seulement : Stephen Mosley, dans un livre sur la pollution industrielle à Manchester, rappelle à quel point les idées fausses concernant la transmission des maladies au XIXe siècle contribuaient à faire apparaître positives les émanations de fumées. Les médecins étaient en effet persuadés que le choléra, et nombre d’autres maladies, se transmettaient par les mauvaises odeurs. La fumée des usines fut donc perçue pendant très longtemps comme une sorte de « désinfectant » de l’air qui permettait d’éviter la propagation de maladies9.

Les rejets de polluants dans l’atmosphère sont examinés en détail par McNeill dans ces deux chapitres, et illustrés de nombreux exemples frappants, comme l’histoire des pluies acides et des idées avancées pour remédier au problème. Mais l’exemple sans doute le plus fascinant est celui de l’invention et de l’utilisation des CFC (chlorofluorocarbures), dont l’histoire devrait inviter l’humanité à la prudence vis-à-vis des nouvelles technologies. Les CFC furent inventés dans les années 1920 par un scientifique américain du nom de Thomas Midgley. C’est également lui qui a eu l’idée « géniale » d’ajouter du plomb dans l’essence destinée aux moteurs à explosion, ce qui amène McNeill à conclure qu’aucun autre être vivant dans le monde n’a jamais eu un impact aussi important sur l’atmosphère que Midgley. Ces CFC semblèrent au début, comme de nombreux autres produits « modernes » similaires, dotés de toutes les vertus. Ils furent utilisés massivement par diverses industries pour toutes sortes d’usages, et notamment dans les aérosols et les réfrigérateurs. Ce n’est que très longtemps après le début de leur utilisation, et par hasard, qu’on se rendit compte de leur effet catastrophique : ils attaquaient la couche d’ozone. La chance, un « facteur » dont les historiens n’aiment guère reconnaître l’importance, joua d’ailleurs un rôle important dans cette affaire : ce n’est que du fait de la Grande Dépression de 1929 que l’utilisation en masse des CFC a été retardée de plus d’une décennie, évitant ainsi, de peu, une catastrophe écologique. Plusieurs leçons peuvent être tirées de cette histoire. Le succès du protocole de Montréal – accord international bannissant l’utilisation des CFC, signé en 1989 – sert à de nombreux optimistes à « prouver » que les nations peuvent être raisonnables et s’entendre quand un problème est bien identifié. Mais, à cette conclusion, on pourrait opposer que le changement climatique est précisément un problème maintenant bien identifié et faisant l’objet d’un large consensus scientifique, tout comme ses causes. Or, les États semblent éprouver beaucoup plus de difficultés à trouver un terrain d’entente que dans le cas de la couche d’ozone ! Les différences sont, de fait, majeures : il fut beaucoup plus facile de remplacer les CFC que de remplacer les énergies fossiles pour lesquelles on n’a pas (et l’on n’aura peut-être jamais) de produits de substitution. Par ailleurs, le problème de la couche d’ozone affectait avant tout les pays septentrionaux et riches (Alaska, Canada, pays scandinaves, Australie), tandis que les premiers effets du changement climatique touchent davantage, pour le moment, les pays à faible capacité d’adaptation, c’est-à-dire les pays pauvres, qui pèsent beaucoup moins lourd dans la géopolitique internationale. Mais rappeler, comme le fait McNeill, la candeur des scientifiques, convaincus de l’innocuité des CFC, et l’enthousiasme débridé qu’ils suscitèrent dans les années 1940, n’invite-t-il pas plutôt à une extrême prudence pour l’avenir ? À l’heure où la géo-ingénierie est présentée par certains scientifiques et dirigeants politiques comme l’unique solution au réchauffement de la planète, ou les OGM comme seul remède à la faim dans le monde, l’expérience des CFC devrait nous mettre en garde. Les technologies qui paraissent initialement miraculeuses peuvent avoir des conséquences catastrophiques. Par une ironie mordante de l’histoire, l’inventeur des CFC et de l’essence au plomb, Thomas Midgley, grabataire, est mort étranglé par le système de harnais un peu trop ingénieux qu’il avait conçu pour s’extraire de son lit. À sa mort, il était toujours convaincu que les CFC étaient l’une des inventions les plus bénéfiques à l’humanité.

Le changement climatique, autre conséquence de nos rejets de polluants atmosphériques, est traité plus rapidement. McNeill tend à minorer le problème, les données scientifiques étant moins claires à l’époque où le livre a été écrit qu’elles ne le sont maintenant. Par ailleurs, comme il le rappelle, même si le problème du réchauffement de la planète est en grande partie le résultat des consommations d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) au XXe siècle, le changement climatique n’aura pas eu de conséquences importantes au cours du siècle passé. Les choses semblent moins bien parties pour le XXIe siècle.

Les deux chapitres sur l’hydrosphère entraînent à nouveau le lecteur dans un tour du monde, du Gange aux grands lacs américains en passant par le Japon, et détaillent l’extraordinaire accroissement de l’utilisation de l’eau dans le monde : les prélèvements ont été multipliés par dix au cours du siècle. Ces ponctions ont permis d’énormes gains de productivité agricole, mais sont responsables de la salinisation de quantité de sols irrigués et sont insoutenables sur la longue durée. Le pompage des aquifères d’eau fossile ne durera pas éternellement car, d’une part, ces pompages sont très gourmands en énergie (et il faut 1000 tonnes d’eau pour faire pousser une tonne de blé !) et, d’autre, part les aquifères se remplissent infiniment plus lentement qu’on ne les pompe. En 1995, divers experts estimaient que le gigantesque aquifère Ogallala, la principale source d’eau utilisée dans le Middle West, notamment pour l’agriculture, serait pratiquement à sec en 2025.

Par ailleurs, les rejets industriels ont également entraîné la multiplication des pollutions aquatiques, localisées ou mondiales. Comme pour la pollution atmosphérique, tout ne va pas toujours plus mal : McNeill rappelle tout d’abord l’incroyable bond en avant, du point de vue de la santé publique, obtenu par la javellisation de l’eau. Par ailleurs, même si la pollution tend à se généraliser un peu partout, certains endroits spécifiques comme le Rhin ou la Méditerranée sont certainement moins pollués aujourd’hui qu’il y a une trentaine d’années. Les formes de pollution ont changé, les objets plastiques ayant souvent remplacé les nappes de pétrole dérivantes. Il faut rappeler une nouvelle fois ici, pour mieux comprendre et condamner moins rapidement, la naïveté des autorités sanitaires au début du XXe siècle, qui, à l’instar de la population dans son ensemble, ne pouvaient tout simplement pas imaginer que l’homme puisse un jour polluer un espace aussi vaste qu’un océan ou un grand lac. En 1930, l’année même où Midgley inventa les CFC, Robert Millikan, prix Nobel américain de physique, assurait qu’il n’y avait aucun risque que l’humanité puisse détériorer quelque chose d’aussi gigantesque que la terre !

Dans une seconde partie, McNeill s’intéresse aux nombreuses tentatives de domestication des cours d’eau. Il montre à quel point la construction des grands barrages – des Trois Gorges, sur le Yangtsé, ou Hoover, sur le Colorado – constituait essentiellement un ouvrage de propagande politique visant à asseoir le prestige de ceux qui en commandaient l’exécution. Leur impact écologique est, au mieux, mitigé, au pire, catastrophique. L’exemple du barrage d’Assouan est à cet égard frappant : en mettant fin aux célèbres crues annuelles, il a privé la vallée du Nil du limon qui rendait son sol auparavant si fertile. Une grande partie de l’électricité générée par le barrage sert ainsi aujourd’hui à produire des engrais chimiques utilisés en remplacement des alluvions jadis apportés par le fleuve. D’autres conséquences n’avaient pas été prévues : une partie importante des eaux du fleuve ne rejoignent plus la Méditerranée (car le lac de retenue, pour des raisons géopolitiques, a été construit dans une zone de forte évaporation). En conséquence, le delta du Nil, sur lequel vit près d’un tiers de la population égyptienne, est érodé par les flots, et la salinisation croissante de l’eau entraîne une importante migration d’espèces animales et végétales exogènes à la Méditerranée, dont il est pour l’instant difficile de mesurer les conséquences. Something New Under the Sun évoque également le développement de la culture du coton en Asie centrale. Les Soviétiques avaient anticipé le fait que l’irrigation massive nécessitée par cette culture entraînerait la quasi-disparition de la mer d’Aral, mais ils n’y voyaient pas de problème : le recul de la mer permettrait, pensaient-ils, d’accroître les surfaces agricoles. Ils n’avaient pas prévu la catastrophe écologique et sociale qui allait au contraire en découler : la mer, qui adoucissait localement le climat, ne joua plus son rôle modérateur, d’où de nombreuses gelées tardives réduisant la période annuelle de mise en culture des terres. Cela, associé à d’autres conséquences non prévues comme la diminution de l’hydrométrie de l’air ou les tempêtes de sable et de sel, a considérablement réduit les rendements agricoles dans la région et réduit à néant la pêche locale.

Le livre s’attache ensuite à la biosphère. McNeill y dresse un tableau passionnant, tout d’abord des progrès de la médecine moderne – qui ont permis à l’humanité, ou au moins aux plus riches, de gagner temporairement la bataille contre les virus et les bactéries, « premiers seigneurs de la biosphère » – et ensuite des transformations de l’agriculture, grâce auxquelles la population mondiale a pu croître de manière spectaculaire. Dans les deux cas, cependant, en dépit des progrès réalisés, inimaginables du temps de Malthus, le monde devient de plus en plus complexe et fragile à la fois, car nous sommes toujours plus dépendants de la technologie pour manger et éviter d’être mangés (par les micro-organismes qui nous entourent). Ceux qui craignent les risques ou les effets secondaires liés à l’administration de certains vaccins oublient souvent qu’il n’y a pas si longtemps, près d’un enfant sur deux mourait avant l’âge de cinq ans. L’augmentation prodigieuse de l’espérance de vie, – passée en France, par exemple, de 48 à 79 ans au cours du siècle – a aussi pour conséquence de rendre les maladies cardio-vasculaires ou les cancers beaucoup plus visibles dans la société, car ces maladies affectent plus souvent des personnes relativement âgées (la recrudescence de ces maladies n’est donc pas exclusivement liée à l’augmentation de la pollution ou au changement des modes de vie). La découverte de la pénicilline par Alexander Fleming en 1928 a permis de réduire considérablement les infections chez les soldats américains pendant la seconde guerre mondiale. Mais McNeill y voit surtout une parfaite illustration, hélas, de la « tragédie des biens communs10 ». Les premiers staphylocoques résistant aux nouveaux médicaments apparurent dès 1946. Pour éviter la multiplication de ces souches résistantes, Fleming était opposé à la vente libre d’antibiotiques, contribuant à leur utilisation inappropriée et abusive, tout comme à la pratique d’administrer des antibiotiques aux animaux d’élevage pour en augmenter la « productivité ». Mais la facilité, l’inertie et l’appât du gain parlèrent plus fort que lui. « Ces pratiques représentent une « tragédie des biens communs » microbienne. Cela convenait aux docteurs, aux patients et aux éleveurs d’utiliser des antibiotiques à tous crins, parce que ces antibiotiques étaient peu chers et faciles à utiliser, et parce que les bénéfices étaient rapides, réels et personnels. Les coûts à payer étaient futurs, ils étaient partagés par toute la société, et ils étaient inévitables. Même si un individu usait de retenue, son comportement ne pouvait au mieux que marginalement retarder l’échéance. » Les mêmes propos pourraient être tenus concernant une autre tragédie des biens communs : le changement climatique. Ils éclairent les difficultés à trouver une solution au problème. Nous pouvons individuellement limiter drastiquement nos émissions de dioxyde de carbone en diminuant nos déplacements en avion ou en voiture, le chauffage de nos maisons ou notre consommation de viande, mais cela demande beaucoup d’efforts et de sacrifices personnels sans résoudre le problème global du réchauffement planétaire. Ce conflit entre gain personnel à court terme et intérêt général à long terme a en tout cas conduit à une utilisation massive et abusive des antibiotiques depuis les années 1940, dont l’issue pourrait s’avérer douloureuse pour l’humanité (comme on le voit avec la réapparition d’infections nosocomiales impossibles à traiter) et signaler la fin de « l’âge d’or de la médecine ».

Le chapitre suivant illustre une autre fragilité de nos sociétés modernes à travers l’exemple de l’agriculture. Les principaux éléments qui ont permis les colossaux gains de productivité agricole au XXe siècle (à savoir les engrais chimiques, les pesticides, l’irrigation, l’utilisation massive de machines agricoles et la sélection de nouvelles plantes et espèces à forts rendements) sont tous étroitement dépendants d’une énergie bon marché, caractéristique du siècle passé, mais dont beaucoup d’analystes prédisent la fin prochaine. C’est le cas même pour le dernier élément de la liste, à la base de la « Révolution verte » – une politique fondée sur l’intensification de l’agriculture et l’utilisation de variétés à haut rendement. En effet, les recherches effectuées pour isoler de nouvelles variétés de blé, de maïs ou de riz, sélectionnées pour leurs gains de productivité ont été en grande partie financées par la fondation Rockefeller et, dans une moindre mesure, par la fondation Ford, deux organismes caritatifs fondés respectivement par le magnat du pétrole et celui de l’automobile.

La déforestation, la pêche et les invasions d’espèces nouvelles font l’objet du chapitre suivant. Dans l’ensemble, la forêt a cessé de reculer dans les pays de l’hémisphère nord au cours du siècle, la pression exercée sur elle s’étant largement relâchée : pour le chauffage domestique, le bois a été massivement remplacé par le mazout ou le gaz et, comme matériau de construction, les importations de bois tropical et l’utilisation de nouveaux matériaux (plastiques, etc.) ont également largement remplacé le bois des forêts tempérées. Ce qui ne veut pas dire que les forêts du nord sont en bonne santé. Les plus gros problèmes concernent les forêts tropicales, soumises à d’énormes pressions, et réserves d’une importante biodiversité. Les pêcheries fournissent à McNeill l’occasion d’évoquer un autre exemple de tragédie des biens communs, les individus et les États ayant intérêt à prélever un maximum de poissons dans un minimum de temps, les eaux internationales étant « ouvertes » à tout le monde et non sujettes à régulation. La surpêche conduit donc à l’effondrement régulier des prises de certaines espèces de poisson. Les stocks retrouvent rarement leurs niveaux antérieurs car, quand une espèce est pêchée à outrance, sa niche écologique peut être occupée par d’autres espèces qui ne sont pas nécessairement utiles à l’homme. McNeill s’arrête plus particulièrement sur l’histoire passionnante de la chasse à la baleine au cours du siècle. Les différentes espèces de ce mammifère, dont la graisse fournissait la matière première nécessaire à la margarine des pauvres et surtout à l’éclairage – avant les lampes à pétrole, puis les ampoules à incandescence – furent pratiquement chassées jusqu’à extinction par des générations de baleiniers employant des techniques toujours plus perfectionnées. Les cétacés furent sauvés parce qu’ils eurent la chance d’apparaître sympathiques aux groupes écologistes comme Greenpeace ou Les Amis de la Terre11, lesquels imposèrent une progressive régulation internationale. Mais, l’océan étant vaste et la répression peu sévère, les contrevenants restèrent très nombreux, d’Aristote Onassis (qui braconnait la baleine sans vergogne) aux baleiniers soviétiques, véritables usines flottantes de la taille de porte-avions. Ces navires, équipés de systèmes anti-détection, cachaient au reste du monde, dans leurs entrailles, leurs activités illégales.

La partie sur les espèces invasives pourrait être la plus comique du livre si les conséquences n’étaient pas bien réelles. Elle pourrait illustrer l’expression selon laquelle « le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions ». L’importation de nouvelles espèces animales ou végétales est souvent le fait de colons ou d’immigrants ayant la nostalgie de leur pays natal, ou souhaitant améliorer un écosystème donné, mais ne mesurant aucunement les catastrophes qu’ils sont sur le point de provoquer. Il faut reconnaître, à leur décharge, que de très nombreuses plantes, de la canne à sucre au café, en passant par la tomate ou la pomme de terre ont été adaptées d’un continent à l’autre au cours des siècles passés, avec des conséquences essentiellement bénéfiques. On ne peut s’empêcher cependant de sourire lorsque McNeill raconte comment le lapin fut introduit en Australie et en Nouvelle-Zélande (d’où ils étaient auparavant absents) pour servir de gibier aux colons sans doute las de manger du kangourou. Les ravages, tant économiques qu’écologiques, causés par l’animal en Australie, furent considérables. Pour tenter de contenir l’invasion, la construction d’une immense barrière de plus de 3000 kilomètres fut entreprise entre 1901 et 1907, sans succès. Le virus de la myxomatose, introduit dans les années 1950 pour contenir la population, n’atteignit pas totalement ses objectifs, les lapins développant progressivement une résistance au virus.

L’impact de la population

La deuxième partie de l’ouvrage commence par une interrogation sur le rôle de l’accroissement de la population dans les dégradations environnementales mondiales. Encore une fois, les choses ne sont pas aussi simples qu’elles ne le paraissent au premier abord. McNeill compare tout d’abord les rythmes respectifs de croissance de la population et d’émissions de différents éléments comme le dioxyde de carbone, ou les rythmes d’érosion des sols au cours du XXe siècle. Ses constatations sont surprenantes : alors que la population mondiale a été multipliée par 3,5 au cours du siècle, les émissions de dioxyde de carbone, elles, ont été multipliées par 17, et celles de dioxyde de soufre, par 13. Même si McNeill reconnaît que ses calculs sont très rudimentaires, il estime tout de même que l’accroissement de la population ne semble pas le principal agent de dégradation environnementale. McNeill aurait pu utiliser l’exemple de la Chine pour illustrer ses propos : alors que la politique de l’enfant unique est en place depuis 1979 en Chine, et qu’elle a considérablement ralenti l’accroissement de la population du pays, les émissions de dioxyde de carbone se sont littéralement envolées, du fait du décollage économique, qui était précisément l’un des buts de la politique de l’enfant unique. Pendant cette période, la population chinoise est passée d’environ 1 milliard à 1,3 milliard d’individus, soit une augmentation d’un tiers, tandis que les émissions de dioxyde de carbone étaient, elles, multipliées par plus de 4, une augmentation 10 ou 12 fois plus rapide.

En fait, encore une fois, les problèmes posés par l’accroissement de la population dépendent des circonstances et des lieux : l’accroissement des populations urbaines a un impact écologique très important, différent de celui des populations rurales. En effet, dans certains cas, l’accroissement des populations rurales permet un meilleur entretien des structures prévenant l’érosion des sols ; la dépopulation de certains endroits peut avoir au contraire des effets catastrophiques d’un point de vue écologique, lorsque les digues, par exemple, ne sont plus entretenues.

Le chapitre X s’intéresse aux différents systèmes énergétiques, technologiques et économiques qui ont soutenu la croissance exponentielle à la fois de l’économie et des modifications environnementales au XXe siècle. Il décrit la succession de deux ou trois systèmes différents au cours du siècle, le premier basé sur le charbon, l’acier et le chemin de fer ; le second reposant sur le pétrole et l’automobile. (Quant au troisième, hypothétique, il pourrait reposer sur les ordinateurs et les OGM). Dans le premier système, les dégradations environnementales étaient assez localisées et limitées géographiquement. Il est toutefois intéressant de noter que la construction des chemins de fer aux États-Unis, nécessitant une quantité prodigieuse de bois pour les traverses, fit peser une menace suffisamment grave sur les forêts américaines pour que les présidents américains acceptent l’idée de la création de parcs nationaux (les premiers datent de la fin du XIXe siècle). Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le chemin de fer ne fit pas disparaître les chevaux du paysage urbain ou rural : en fait, le XIXe siècle fut l’âge d’or du cheval, nécessaire au transport local des marchandises arrivées par train. Le nombre de chevaux augmenta considérablement à peu près partout, parallèlement à l’industrialisation, ce qui créa de nombreux problèmes de sécurité et de salubrité publique, en raison des déjections et des carcasses. On comprend mieux, dès lors, pourquoi la majorité de la population ne tarda pas à s’enthousiasmer pour les automobiles, plus propres et plus sûres : les voitures aujourd’hui sont quinze fois moins dangereuses par kilomètre parcouru que les chevaux (mais on parcourt de nos jours en moyenne bien sûr sans doute quinze ou cent fois plus de kilomètres en voiture que nos ancêtres n’en parcouraient à cheval !).

À partir des années 1920, le pétrole commença à supplanter le charbon comme principale source d’énergie primaire, d’abord aux États-Unis, et ensuite dans le monde. McNeill évoque avec talent l’impact du pétrole sur la vie quotidienne et les conséquences écologiques et sociales de l’utilisation de la voiture (le développement des banlieues est un exemple particulièrement frappant). Il enrichit son récit d’anecdotes qui aident à mieux mesurer l’impact de nouvelles inventions fonctionnant au pétrole, comme la tronçonneuse, sans laquelle la déforestation tropicale aurait été de bien moindre ampleur. McNeill discute ensuite de l’apparition de l’énergie nucléaire, et rappelle l’enthousiasme de nombreux scientifiques à l’époque, convaincus que l’électricité allait devenir si peu chère qu’on n’aurait même plus besoin de compteurs pour la mesurer ! Ce rappel n’est pas inutile, car il est souvent reproché aux écologistes d’avoir été trop pessimistes ou d’avoir annoncé des catastrophes qui ne se sont pas produites12. Il est plus rare de rappeler que les « optimistes » se trompent aussi souvent quand ils pensent que les nouvelles technologies vont réaliser des miracles. En fait, comme le rappelle McNeill, l’énergie nucléaire a toujours été largement subventionnée par les États, et les innombrables problèmes, fuites et accidents (Sellafield, Three Mile Island ou Tchernobyl) font que cette énergie n’a jamais compté pour plus de 5 % du total de l’énergie consommée dans le monde.

Le dernier chapitre du livre s’intéresse aux idées et à la politique au cours du siècle, et à leur impact sur l’environnement. Le nationalisme a joué un rôle environnemental important, d’abord en encourageant la natalité, comme en France après 1871, ou en Roumanie après 1965 (si McNeill on l’a vu, estime que l’accroissement de population ne joue peut-être pas le rôle principal qu’on veut souvent lui attribuer, il ne nie cependant pas l’importance du facteur démographique). Le patriotisme a également encouragé la protection de la nature, les forêts et les montagnes étant perçues comme des biens nationaux à protéger. Mussolini souhaitait également reboiser l’Italie, dans l’espoir de créer un climat plus frais qui aurait pu rendre les Italiens plus combatifs. L’impact du communisme soviétique ou chinois est également remarquable. McNeill l’assimile à une forme extrême de nationalisme, qui a entraîné lui aussi la colonisation et la mise en culture de terres « désertes » (Sibérie ou Tibet), ce qui a été souvent à l’origine d’importantes dégradations environnementales. Par ailleurs, le régime soviétique fut un ardent promoteur de gigantesques projets industriels qui eurent souvent pour conséquence des concentrations extrêmement élevées de pollution. Le militarisme de l’Union soviétique et des USA eut également des conséquences environnementales majeures (la préparation de la guerre ayant d’ailleurs joué un rôle plus important que les guerres elles-mêmes). D’une manière générale, les populations civiles ont accepté de subir des dégradations environnementales localisées et limitées, liées à la fabrication et aux essais d’armes nucléaires, par exemple, par peur d’être mal préparées en cas de conflit (la peur des conséquences d’une guerre nucléaire était beaucoup plus prégnante pendant la guerre froide que la peur des dégradations environnementales).

Finalement, pour McNeill, l’idée dominante du XXe siècle aura été la poursuite du paradigme de la croissance économique, partagée curieusement à la fois par les régimes communistes et capitalistes. Si la poursuite de l’enrichissement individuel et collectif a, selon lui, toujours été présente dans les sociétés mercantilistes comme l’Europe de l’Ouest, les États-Unis ou la Chine, c’est après la Grande Dépression, alors que la science économique était créditée d’avoir « sauvé » l’économie de la Grande-Bretagne et des États-Unis, que la poursuite de la croissance économique devint presque une nouvelle religion. Or, les économistes commirent alors l’erreur de faire abstraction de la nature dans leurs calculs économiques.

La colonisation et la démocratie ont également eu un impact écologique important et spécifique. Dans le cas de la colonisation, il fut essentiellement négatif, dans la mesure où l’impérialisme avait en général pour but de construire des infrastructures qui permettaient d’extraire le plus de minéraux possible en un minimum de temps. La décolonisation a malheureusement très peu changé ces structures. La démocratie constituerait-elle un meilleur régime pour l’environnement ? Pas particulièrement : en examinant la transition démocratique de nombreux pays de l’ancien bloc soviétique, McNeill montre que certains problèmes environnementaux – notamment ceux qui impliquaient des firmes étrangères ou l’armée – furent résolus, mais que les problèmes liés à la consommation individuelle empirèrent souvent : par exemple, la fin des subventions publiques aux transports en commun (bus ou trains) dans certains pays de l’Europe de l’Est a entraîné une pollution accrue due à l’accroissement des transports automobiles, que l’État démocratique a plus de mal à réguler que les régimes autoritaires précédents. En fait, la démocratie génère son propre type d’environnement : les médias y jouent un rôle important et sont efficaces pour faire face à certains types de problèmes, mais le sont beaucoup moins pour lutter contre les problèmes qui ne font pas les gros titres comme l’érosion des sols.

À côté de ces idées ou systèmes au poids écrasant, les idées écologistes ont joué un rôle mineur, au moins jusque dans les années 1970. McNeill retrace leur naissance, depuis la création des premiers parcs nationaux au XIXe siècle, en passant par Aldo Leopold et Rachel Carson, l’auteur de Printemps Silencieux dans les années 1960, qui fut à l’origine de la naissance du mouvement environnemental moderne. Ce mouvement écologique, né aux États-Unis, a fait pression à partir des années 1970 pour obtenir le vote de lois et régulations internationales. Les ONG de protection de la nature et l’ONU jouèrent un rôle important dans le vote de ces lois internationales. McNeill note cependant que tous les problèmes ne sont pas aussi aisément résolubles : si l’on a pu traiter relativement facilement les problèmes des pluies acides, de l’essence au plomb ou celui de l’eau polluée par les industries lourdes, il en va tout autrement pour ceux qui sont liés au mode de vie des citoyens (comme la régulation des pollutions dues aux voitures), en raison de la résistance des simples citoyens et du manque de courage des politiques, dont certains, comme Reagan, attaquèrent même violemment les écologistes.

Dans l’épilogue, McNeill s’interroge sur la « durabilité » (sustainability) de nos sociétés. Prenant l’exemple de la Chine, il observe que celle-ci a connu déjà 3000 ans de développement insoutenable, en changeant successivement son régime alimentaire, ses relations commerciales, ses sources d’énergie, et en s’adaptant constamment, sautant d’un régime insoutenable à un autre. Toutefois, McNeill remarque judicieusement qu’il est bien plus difficile de changer de modèle de développement lorsque ce modèle est à l’échelle globale (comme l’est le nôtre actuellement). De ce point de vue, les sociétés riches ont davantage de ressources pour s’adapter, ou du moins pour amortir les transitions, ce qui explique et renforce encore la course vers les profits et l’exploitation sans vergogne de la nature. En effet, les États riches ont tendance à être moins pollués que les pays pauvres (notamment du fait que ces États se débarrassent fréquemment de leur pollution en l’exportant chez les autres ou en élevant leurs normes environnementales). D’où le fait que de nombreuses sociétés tolèrent aujourd’hui les pollutions industrielles et la dégradation de leur environnement, en attendant que l’argent gagné par le biais de l’industrie leur permette de payer le nettoyage et l’embellissement de leur cadre de vie.

Nombre d’analyses de l’ouvrage mériteraient d’être débattues longuement. Mais la contribution d’historiens du calibre de John McNeill aux débats écologiques contemporains est plus que nécessaire. Le terme même de développement durable n’implique-t-il pas précisément que les spécialistes de l’étude des changements dans la durée ont des choses à dire à ce sujet ? Souhaitons que ce livre fondamental puisse être rapidement traduit en français, dans une version éventuellement remise à jour.Image

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Conférence “Esclaves énergétiques” à Bégles, 2 avril 2014

Conférence publique pour présenter mon livre Des esclaves énergétiques: réflexions sur le changement climatique

Mercredi 2 avril 2014, 20h30

tract-mouhot-a6-v2

Salle Jean Lurçat à Bègles

Tram C arret Terres Neuves

Comment faire changer nos comportements d’utilisateurs quotidiens des esclaves énegétiques (les carburants fossiles) à la

 lumière des enseignement de l’histoire de la lute contre l’esclavage? Point de vue audacieux et original.

Venez en discuter avec l’historien Jean-François Mouhot, de passage à Bordeaux, et auteur de l’ouvrage “des esclaves énergetiques”.

Entrée libre (et sortie aussi, pour rassurer ceux qui auraient vu 12 years as a slave)

Toutes les infos sur:

http://www.taca.asso.fr/evenement-222-des-esclaves-energetiques.html

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Haiti Is the Future (review of Amy Wilentz’ book “Farewell Fred Voodoo”)

wilentz(the following review has just been published in Books & Culture and is reproduced here with kind permission from the editor)

Farewell, Fred Voodoo: A Letter from Haiti
Amy Wilentz
Simon & Schuster, 2013
352 pp., $16.00

Haiti is the Future: A counter-narrative.

Since the 2010 earthquakes, thousands of well-intentioned Americans have traveled to Haiti as missionaries or aid workers. Some didn’t expect development work to be complicated, or thought they could fix everything on a short trip, and they sometimes experienced bitter disappointments when their efforts failed or spectacularly backfired. Those still contemplating a trip to Haiti will benefit from reading Amy Wilentz’s book, which provides many cautionary tales on the theme “the road to hell is paved with good intentions.” But it provides much more than that. Wilentz is an American journalist who has lived in Haiti and returned for visits many times over a span of more than twenty years and has thus a long acquaintance with the country’s history, language, and people. She is best known for her 1989 book The Rainy Season, which contributed in particular to make Jean-Bertrand Aristide—the liberation theology priest who became president of Haiti in 1990—known to the American public. (Wilentz was a strong supporter of Aristide at the time even though she later on distanced herself from him.) She offers in this new book much more than a travel diary: a long “letter from Haiti,” providing a wealth of information about Haiti’s current situation, nicely blended with personal reflections and precious food for thought about Haiti and the country’s relations with the outside world.

The book seeks to counter common misrepresentations of Haiti and to balance the prevailing discourses on Haiti in the United States and the rest of the Western world. Contrary to what the title suggests, there is little in the book about Voodoo (or Vodou). Wilentz explains that the “Fred Voodoo” of the title “is the old foreign correspondents’ tongue-in-cheek name for the Haitian man in the street.” She wants to bid farewell to the Haitian equivalent of Joe Sixpack and debunk deep-rooted clichés; her book attempts to present to the American public the Haitian’s point of view, an explanation or interpretation of facts that foreigners find incomprehensible and therefore judge as (depending on the circumstances) funny, evil, puzzling, or dangerous. Haiti, she observes, is routinely portrayed in the U.S. as “the poorest country in the western hemisphere,” with a severely degraded environment, a failed state, and endemic violence. More often than not Haitians are blamed for the unfortunate state of their country: in the view expressed by Pat Robertson in January 2010, Haitians are poor because they “swore a pact to the devil” when they rebelled against their French masters in 1791. This very conveniently ignores the reasons for the initial revolt: the appalling injustice, inhumanity, and abuse imposed on a society of slaves. It also forgets the better documented causes behind the poverty of Haiti: the isolation and shunning of the country during much of the 19th century by the U.S., France, and other nations; and the constant interference in Haitian affairs from the same powers, sometimes—not always—with good intentions, but often with devastating results.[1]

In one respect, though, it is misleading to suggest that Wilentz wants to “balance” the familiar accounts of Haiti’s plight. Rather, she wants to turn those judgments upside down. Haiti, backwards? Not at all. On the contrary, she writes,

Haiti’s history has been a harbinger of the modern world since the landing there of the white man in the 1400s. First came the initial and signature act of globalization: the genocide of a population, in Haiti’s case, the indigenous Arawak or Taino Indians, who were eradicated … through enslavement, disease, and overwork within two generations of the white man’s appearance on the island’s shores. The colonial economy that followed the destruction of the indigenous islanders was one of the first entirely globalized economies in human history, at every level a model for the modern global economy.

The first and only successful slave revolt in history also took place in Haiti. Now, Haiti has also perhaps become a harbinger of what the whole world might look like fifty years from now if business as usual continues to prevail. Haiti, Wilentz argues, gives us a peek at what “Ronald Reagan’s dream of a privatized state” looks like when it is realized, where schools and hospitals are privately owned, private security forces flourish even as the police are increasingly unreliable, and public works are virtually nonexistent. It is also a country where the absence of any kind of environmental protection agency and a severe scarcity of resources mean most of the trees have been turned into charcoal—and, as a consequence, most of the soil has washed into the sea. Of all the nations in the world, Haiti has recently been ranked as the most vulnerable to climate change.

If Haiti is perhaps a sign of what is to come, a lot of Haiti’s current problems are rooted in history. For example, Wilentz traces the often-prevailing duplicity in politics and in personal dealings in Haiti back to slavery. Bondage contributed to general mistrust within society: “the habits of masquerade acquired during two centuries of intense slave conditions have continued to play out in Haitian governance and society.” As social scientists know well, trust is a crucial component of social capital, bonding people and lowering the cost of transactions, and a widespread lack of trust is detrimental to society in many ways. Wilentz traces legacies of the slave period even in the ambiguities of Kreyòl (Haitian Creole, the national language). A willingness on the part of the slaves to mislead their owners led them to develop a language where, for example, “he, she, it, him, her” is expressed indifferently by just one pronoun, “li,” or “we, us, you (plural)” by “nou”: “This effectively hides identity and agency, and can—sometimes intentionally—mislead those who do not fully understand the whole context of a narrative. Nonnative speakers often confuse the use of these slippery pronouns with simplicity of grammar, but it is not that, or not only.” (For a contrasting view, see “A Farewell to Haiti,” an essay by Mischa Berlinski, an American journalist and novelist who spent five years in Haiti from 2007 to 2012. Berlinski attributes Haiti’s culture of mistrust instead to the widespread belief in sorcery: “[The Haitian] magical world is a world in which things make sense, where cause provokes effect. It is a rational world. It is a world without existential despair. It is a world in which one is never wholly responsible for one’s misfortunes. But it is also a world that supposes that one’s neighbors are vicious and predatory; that suffering is directly the result of somebody else—somebody in your community, somebody close to you—wishing you ill.”[2] This view is shared by many Americans living in Haiti, including the director of a small Christian non-profit who told me recently he only started to understand this culture of mistrust after he married an Haitian woman and saw things “from the inside.”)

Wilentz’s efforts to counter the dominant discourse in the West and to act as a pro-bono international advocate for Haiti, while largely successful, did not always entirely convince me. For example, she mentions a project by architects to promote the planting in Haiti of a species of tree that could provide food, construction, clothing material, medicine, and more to poor Haitians. But she says that this kind of tree will never appeal to Haitians because it is not in their culture to eat leaves of trees. She’s probably right about an initial resistance, but is it wrong to promote such a tree if it indeed has these virtues? The potato was looked down upon by many in Europe until its numerous advantages became evident to everyone. (The potato today has a bad reputation, but it has an exceptionally high yield compared to other crops. Humans can also live healthily on a diet of potatoes supplemented only with milk or butter, which contain the two vitamins, A and D, not provided by the tuber.) Was Antoine Parmentier, the most vocal promoter of the potato in France, wrong in advocating (agri)cultural changes to peasants so as to improve their nutrition and their lives? Does respect for Haitian culture mean that foreigners should not challenge Haitian customs or offer improved crops? Of course, trying to change a culture is fraught with potential problems: as Nicholas Kristof reported a few years ago, in Southern Africa “you see the very sensible efforts of aid groups to get people to grow sorghum rather than corn, because it is hardier and more nutritious. But local people aren’t used to eating sorghum. So aid workers introduce sorghum by giving it out as a relief food to the poor—and then sorghum becomes stigmatized as the poor man’s food, and no one wants to have anything to do with it.”[3]

The broader question of whether one should help Haiti—and how—is in fact central to Wilentz’s book. She offers many illuminating anecdotes and reflections, including the cautionary tale of a missionary couple who, after the earthquake, armed with good intentions, decide to buy land and build houses for poor people but run into innumerable difficulties (land tenure in Haiti is very complicated issue). Haiti, she scornfully remarks, has become a “feel-good tourist destination” where people in search of “redemption” try to help but sometimes (often?) create more problems than they solve.

She is particularly critical of foreign NGOs, for bypassing the Haitian state and further weakening the government in Port-au-Prince. But channeling money directly to Haitians is a very difficult because of the corruption at various levels of government, as Wilentz herself recognizes. (There is an interesting discussion about corruption in Haiti—highly visible to a lot of people—versus corruption and conflicts of interest in the United States—which often do not trigger the same indignation—in Jonathan Katz’s book,The Big Truck That Went By: How the World Came to Save Haiti and Left Behind a Disaster, which can be usefully read alongside Wilentz’s book.[4]) Gerald Murray, an anthropologist well acquainted with Haiti, remarked just after the earthquake, illustrating this conundrum, that there are no good solutions as to how to channel aid to Haiti: if you give money to NGOs, “you are not developing the institutions of the country, but if … you give the money to the Haitian government, it will disappear.”

Wilentz also recalls the American government’s sorry history of meddling in Haitian affairs over a long span of time. The U.S. occupation of 1915-1934, for example (which most Americans today don’t even know about), further exacerbated racial tensions in the country because of the racism of most in the American administration at the time. America’s longstanding support for the brutal and corrupt regimes of “presidents for life” François and Jean-Claude Duvalier helped to sustain the culture of unaccountability and impunity that continues to plague Haiti. (One feels the bitter sadness of Wilentz, who witnessed the departure of Duvalier in 1986, when she tells of the recent return to the country of Jean-Claude Duvalier and the warm welcome he received from the current president Michel Martelly.) Problems created by the U.S. in the past make it difficult for Americans, or Haitians, to develop Haiti today.

Another issue Wilentz raises is the recent pressure from the U.S. State Department to lower the minimum wage in Haiti, from 61 cents an hour to—at least for textile workers—31 cents an hour. Most readers will probably be sickened to learn what appears to be a well-documented fact, as I was. However, I found that Jonathan Katz’s book The Big Truck That Went By did a better job on this specific point at providing the larger context: even though Katz is equally critical of the State Department’s policies and dubious deeds in Haiti, he emphasizes how the ruthless pressure to lower wages is part of a larger worldview. In this view, Haiti’s salvation can only be obtained by following Taiwan’s or South Korea’s path to development, to become a hub for exporting cheap, labor-intensive products such as textiles. By pressuring the Haitian government to lower employment costs, the State Department hoped to help Haitians (if the employment costs are too high, companies will not come to Haiti, or so the reasoning goes). Wilentz and Katz are both skeptical that this path of development can work—what will prevent textile companies from relocating to other countries if wages rise in Haiti or trade unions bother them?—and one can also disagree with foreign interference in Haitian affairs, but the story is more complicated than what Wilentz suggests here. Prominent economists such as Jeffrey Sachs and Paul Krugman among others have defended sweatshops as a pragmatic “necessary-evil” approach to development. Perhaps this would be an illustration that, to reverse the proverb, “the road to paradise is paved with evil.” However pragmatic that may be, I still find the pressure to lower wages for poor Haitians disturbing. (After the threat of communism diminished in the 1990s, an imperative for U.S. Haiti policy has been keeping Haitians in Haiti. Many feel that the U.S. will do the minimum required to discourage Haitians from leaving their country, but not enough to really improve things for Haitians, because that would harm U.S. economic interests.)

Despite these quibbles, Farewell Fred Voodoo offers an excellent introduction to Haiti today and a provocative counter-narrative to the simplistic stories told about Haiti in the mainstream media. It is well-written, witty, funny, yet profound; the author never takes herself too seriously, avoids the trap of Manichaeism, and provides a powerful analysis of Haitian society in a manner accessible to the general reader. This is a book that should rank very high on the reading list of people who have an interest in Haiti or in international aid and development issues more generally.

Jean-François Mouhot is a Marie Curie Fellow at Georgetown University.

1. For two contrasting views of Haitian history, see Laurent Dubois’ recentHaiti: The Aftershock of History (2011), which blames Western interference (particularly by France and the U.S.) for most of Haiti’s current problems; and Philippe Girard’s Haiti : The Tumultuous History—from Pearl of the Caribbean to Broken Nation (2010), which argues that Haitians themselves are mostly to blame.

2. “A Farewell to Haiti,” The New York Review of Books, March 22, 2012.

3. “Aid: Can It Work?”, The New York Review of Books, October 5, 2006.

4. Jonathan Katz, The Big Truck That Went By: How the World Came to Save Haiti and Left Behind a Disaster (Palgrave Macmillan, 2013).

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Conférence à Nancy le Mardi 4 Février, 19h30

forum Les DébatsConférence de présentation de mon livre Des Esclaves énergétiques: Réflexions sur le changement climatique (Champ Vallon), à l’invitation du “Forum Les Débats”.

Mardi 4 Février, 19h30.

Pôle Amphithéâtre – Ecole des Mines de Nancy (Campus ARTEM), Avenue du Général Leclerc (croisement Sergent Blandan), Nancy.

Accès par la galerie ARTEM côté place de Padoue (proche arrêt de tram 1)

Entrée Libre.

Informations complètes:

http://www.lesdebats.fr/event/des-esclaves-energetiques-reflexions-sur-le-changement-climatique/

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Le poids du nombre

Il devient assez courant aujourd’hui de pointer du doigt la croissance démographique comme cause majeure de problèmes écologiques contemporains (changement climatique, perte de biodiversité, etc.). Mais les choses sont plus compliquées.

Article paru dans le magazine Sciences Humaines, « Les Grands Dossiers des Sciences Humaines » n° 33 Décembre 2013/janvier-février 2014, p. 64-65, reproduit ici avec l’aimable autorisation du magazine.13844386622_GDSH_33_258

La crainte d’une explosion démographique qui mettrait en danger l’humanité n’est pas nouvelle – même si en certains lieux et à certains moments c’est plutôt la crainte de la dépopulation qui a préoccupé les élites (1). Thomas Malthus, dans son ouvrage Essai sur le principe de population (1798), fut l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme. Il n’était pas animé par un souci écologique, mais plutôt par l’impression que la production de nourriture ne pouvait en aucun cas suivre celle de la population. La croissance démographique britannique alors exponentielle ne pouvait à ses yeux que générer pauvreté, misère, troubles sociaux et compétition accrue pour survivre. Ce faisant il n’imaginait pas que les défis, démographiques ou autres, peuvent amener à des formes d’innovation et de résilience qui permettent de résoudre ces problèmes, comme l’a montré par exemple l’économiste Ester Boserup. Par un curieux transfert d’idées, Malthus inspira à Charles Darwin sa théorie de la « lutte pour la survie », laquelle amena à son tour Francis Galton (cousin de Darwin) à poser l’idée que les êtres humains pouvaient être sélectionnés comme des chevaux de course. Pour le courant eugéniste inspiré par Galton, les éléments les moins désirables de la population sont ceux qui se reproduisent le plus vite, entrainant une dégénération de la race. Ces théories racistes – ayant entrainé notamment des campagnes massives de stérilisation forcées – ont cependant été fortement discréditées après la Seconde Guerre mondiale (2).

L’espèce humaine est-elle un virus ?

Ce n’est que plus récemment que l’accroissement de la population mondiale a suscité des craintes plus spécifiquement liées à des considérations écologiques. Elle est maintenant largement répandue dans la culture populaire, par exemple dans des films comme Matrix où l’espèce humaine est comparée par les machines à un virus qui tue l’hôte sur lequel elle se développe) et parmi les intellectuels. James Lovelock, l’auteur de la théorie Gaïa, a ainsi récemment déclaré : « Ceux qui ne voient pas que la croissance de la population mondiale et le changement climatique sont les deux côtés d’une même pièce sont soit ignorants soit se cachent la vérité. Ces deux énormes problèmes environnementaux sont inséparables et discuter de l’un des problèmes en ignorant l’autre est irrationnel (3). »

La réalité est cependant beaucoup plus complexe. D’une part, une étude récente a conclu que « ce n’est pas la croissance de la population (urbaine ou rurale) qui est le moteur des émissions de gaz à effets de serre, mais plutôt la croissance des consommateurs et de leur niveau de consommation » (4). Les populations ayant les croissances les plus fortes sont aussi celles qui en général émettent le moins de gaz à effet de serre. Par comparaison, comme le remarquait déjà Paul Ehrlich auteur du best-seller La Bombe P. (1968), « la naissance d’un enfant américain est un 50 fois pire pour le monde que la naissance d’un enfant en Inde ».

Quid de la consommation des riches ?

L’exemple de la Chine démontre éloquemment ce phénomène : alors que la politique de l’enfant unique y est en place depuis 1979, les émissions de dioxyde de carbone se sont littéralement envolées. Pendant cette période, la population chinoise est passée d’environ 1 milliard à 1,3 milliard d’individus, soit une augmentation d’un tiers, tandis que les émissions de dioxyde de carbone étaient, elles, multipliées par plus de 4, une augmentation 12 fois plus rapide. Ce n’est donc pas la croissance démographique, mais bien la hausse du niveau de vie qui entraîne une explosion des émissions de GES.

Faut-il, dès lors, arrêter de faire des enfants pour « sauver la planète » ? Pour les habitants des pays développés comme la France, il faudrait faire la démonstration que les couples sans enfants ont un impact moindre que ceux avec des enfants, ce qui n’est pas évident car le surcroît de revenu disponible conduit parfois à des comportements plus énergivores (vacances lointaines en avion, par exemple). Dans les pays du Sud, paradoxalement, la diminution du nombre d’enfants a plutôt tendance à augmenter les émissions de gaz à effet de serre par accroissement du niveau de vie. Quant à vouloir limiter par la persuasion ou la contrainte le nombre des enfants (il s’agit en général de ceux des autres), les expériences historiques montrent que les résultats sont souvent peu concluants, et engendrent souvent de graves violations des droits de l’homme (de la femme surtout). Ces campagnes antinatalistes ont eu également des graves effets pervers dans les pays où elles ont été menées, en dénigrant les familles nombreuses et faisant porter aux enfants la responsabilité de la pauvreté (5).

Comme le faisait remarquer récemment un chroniqueur britannique, il existe plusieurs associations faisant campagne pour limiter la population mondiale (en visant surtout les pays d’Afrique ou d’Asie), mais aucune dont le but est de limiter la consommation des super-riches, ceux qui peuvent se payer des yachts consommant 3400 litres de fuel par heure (soit près de 60 litres du kilomètre) ou des piscines découvertes chauffées toute l’année. Avant de se préoccuper de la croissance démographique des populations qui n’émettent pratiquement aucun CO2, il vaudrait mieux commencer par bien identifier les problèmes et faire le ménage à notre porte.

*********

Notes :

(1) Il faut faire la distinction entre des craintes locales ou nationales de déclin démographique avec des inquiétudes globales de surpopulation en lien avec la capacité de la Terre à supporter ses habitants. Les inquiétudes de déclin étaient bien présente en France au XVIIIe siècle par exemple et ont ressurgi à plusieurs périodes comme après la guerre de 1870 ou celle de 1940 (où la défaite a été en partie attribuée à l’affaiblissement numérique de la France face à l’Allemagne) ; on retrouve encore ces craintes aujourd’hui en rapport avec le paiement des retraites ou le vieillissement de la population (voir le rapport Spidla pour la Commission européenne, 2005 – http://register.consilium.europa.eu/pdf/fr/05/st07/st07607.fr05.pdf).

(2) Matthew Connelly Fatal misconception: the struggle to control world population. Belknap Press, 2008.

(3) James Lovelock, “Greens “hiding from the truth” on population and climate change”, Communiqué de Presse de l’Optimum Population Trust, 26 août 2009, www.populationmatters.org/2009/press/gaia-scientist-opt-patron/.

(4) David Satterthwaite, “The implications of population growth and urbanization for climate change” Environment and Urbanization 21, no. 2 (October 1, 2009): 545-67).

(5) Enquête de l’Unicef, citée par Claire Sugier, Haiti Terre Cassée, L’Harmattan, 1996, p. 159.

Leave a comment

Filed under Uncategorized